Toyota, nouveaux intérieurs en bio-plastiques

22.10.2010

Après avoir fait le choix de pouvoir fournir à terme l’ensemble de ses véhicules en motorisations essence, essence hybride et Diesel, le constructeur japonais Toyota déclare vouloir utiliser des matières plastiques dites écologiques – ou bio-PET – pour les habitacles de ses véhicules. Ces plastiques écologiques à base de polyéthylène téréphtalate* (PET) sont obtenus à partir de résidus (mélasse) de canne à sucre. Leur application commencera début 2011 par l’habillage de la marque haut de gamme du groupe : Lexus.

Le coffre de la Lexus CT 200h sera ainsi le premier concerné, puis le processus s’étendra à d’autres gammes de véhicules. Toyota Motor Corporation compte également présenter en 2011 un modèle dont l’intérieur sera recouvert à 80 % de bio-PET, qui ont pour principaux avantages :


– des performances supérieures (en termes de résistance à la chaleur, au retrait et de longévité) à celles des bio-plastiques classiques, et comparables à celles du PET à base de pétrole


– la possibilité d’approcher le prix de revient unitaire des pièces en plastique à base de pétrole grâce au volume des grandes séries


– la faculté de les employer dans les sièges, les tapis et autres composants intérieurs, qui exigent un niveau de performances jusqu’alors inaccessible aux plastiques écologiques.


* Constitué en poids de 70 % d’acide téréphtalique et de 30 % de monoéthylène glycol, le bio-PET se fabrique en remplaçant le monoéthylène glycol par une matière première issue de la canne à sucre.